[La plume et l’enfant – 4/4] à la maison des enfants

La maison des enfants

Une immersion dans l’ambiance Montessori avec des enfants âgés de 3 à 6 ans.

Ici, je vous partage des moments que j’ai pu observer durant les quelques heures passées au sein de la maison des enfants. Je souhaite vous immerger dans ces deux matinées en vous décrivant la vie qui se dévoile sous mes yeux. Je ne vais donc pas rentrer dans les détails de la pédagogie Montessori néanmoins pour ceux qui souhaitent en découvrir davantage, je vous mets des liens qui vous permettront de nourrir votre curiosité.

Réalisé par Eve.

Avant de se lancer dans l’immersion, je vous décris l’aménagement de l’espace accompagné de quelques photos afin que vous puissiez voyager avec moi dans la maison des enfants. Tout d’abord lorsque nous rentrons se trouve sur notre droite l’espace où les enfants retirent leurs vêtements d’extérieurs.

Ensuite lorsque nous avançons une belle pièce lumineuse se dévoile sur notre gauche. C’est ici que se trouve l’espace de travail imaginé par Maria Montessori, divisé en différentes aires.

2-maison des enfants

11-Montessori  10-Montessori

  • Sensoriel occupe l’aile gauche. Les activités proposées permettent à l’enfant de distinguer, de préciser, de généraliser, d’aller du concret vers le concept et du concept vers l’abstrait. Elles aident l’enfant au développement de ses perceptions sensorielles : https://www.celinealvarez.org/affinement-des-sens/introduction

12-Montessori

  • Langages: au fond de la pièce, des lettres rugueuses et autres matériels permettent à l’enfant de s’approprier toutes les compétences nécessaires à la découverte du langage écrit.

14-Montessori

13-Montessori

Les activités Montessori proposées sont disposées en grande partie sur des plateaux. Chaque plateau est unique. Si vous souhaitez en découvrir davantage sur l’organisation de l’espace, je vous invite à faire un tour sur le site de Céline Alvarez : https://www.celinealvarez.org/la-classe.

Les deux autres espaces se trouvent sur la droite depuis la porte d’entrée. Un petit couloir permet d’accéder dans un premier temps aux toilettes où tout est adapté pour que l’enfant y soit autonome.

9-Montessori

Puis lorsque nous poursuivons vers la droite nous tombons rapidement sur une grande pièce divisée en deux espaces. L’un servant pour les moments des repas.

5-Montessori

L’autre pour des activités diverses. Dans cet espace, un coin détente est aménagé ainsi que des plateaux Montessori pour les activités autour de la culture.

6-Montessori

7-Montessori

C’est également ici que les rassemblements ont lieu, on invite les enfants à faire une ellipse. Cela se fait à différents moments de la journée : avant le repas ou bien au cours de la matinée. Dans ce lieu les enfants s’y retrouver pour échanger ou jouer ensemble. Je nomme cet espace « libre » dans la suite de cet article.

1ère matinée à la maison des enfants

Il est 9h, la vie commence à s’animer dans la maison des enfants. Florine, éducatrice Montessori, est présente et accueille les premiers enfants en les saluant par leur prénom. Les deux filles se dirigent dans un premier temps vers le déchaussoir. C’est ici et de façon autonome que l’enfant retire ses vêtements et chaussures d’extérieur, et qu’il enfile ses chaussures d’intérieur.

Ce matin, Justine et Gaëlle sont les premières arrivées, elles se dirigent vers l’espace de travail. Florine en chuchotant les invite à aller trouver une activité. De façon naturelle, elles vont vers une activité qui leur parle à chacune. Justine choisit une activité en vie sensorielle et Gaëlle une activité en vie pratique.

Les autres enfants arrivent petit à petit. Le lieu est calme, les enfants chuchotent également. Gaëlle souhaite découvrir une nouvelle activité, elle va retrouver Florine et lui montre une activité sensorielle (une tour avec plusieurs pièces en bois) qu’elle aimerait réaliser. Gaëlle a installé son tapis au sol et Florine s’installe à sa droite. L’éducatrice est toujours assise à la droite de l’enfant pour ne pas cacher le champ de vision de l’enfant qui observe les mains de l’éducatrice. Dans ce temps l’éducatrice parle peu, ce sont ses mains qui font le travail. Florine pose le modèle de la tour à côté d’elle et commence à montrer à Gaëlle l’enchainement des pièces en bois pour réaliser la tour.

Gaëlle lui fait un sourire, elle a envie de se lancer. Par sa présence et son regard, Florine l’accompagne dans son activité. Au fil de la construction, Gaëlle cherche la validation dans le regard de Florine. Florine hoche la tête pour confirmer l’action posée. Elle prend également le modèle et lui montre l’enchainement des pièces. La tour commence à être haute, Florine propose à Gaëlle de se mettre sur un tabouret pour finir sa tour. Gaëlle se trouve maintenant sur la chaise, c’est en effet plus facile pour elle. Avec finesse, elle finit de poser les dernières pièces de sa tour.

La deuxième éducatrice Montessori, Marianne, arrive dans la salle d’activité. Le calme est toujours présent, les enfants sont concentrés. Ce matin, il y a 14 enfants dans la salle de travail, 8 sont au travail comme le définit Maria Montessori. Les autres enfants sont en train d’observer leur camarade ou bien cherchent la prochaine activité dans laquelle ils vont se lancer ou alors se trouvent dans un autre espace de vie. C’est le cas de Matias qui se trouve dans les toilettes, il est en train de se changer. Je me situe tout proche de l’entrée des toilettes, j’observe Matias se saisir de sa boite d’habits (chacun à une boite à son nom) et à son rythme il change son pantalon.

Le lieu des toilettes est un endroit de passage et Matias se laisse disperser, il profite de ce moment pour échanger avec ses amis. Néanmoins cela commence à créer un peu de bruit pour les enfants qui se trouvent à côté dans l’espace de travail. C’est Dounia qui se rend auprès de Matias. Elle l’invite avec douceur à finir de s’habiller et à ranger sa boite. Puis elle retourne dans la préparation de l’espace repas et laisse Matias faire cette action à son rythme. Dounia, assistante Montessori, vient compléter cette belle équipe à la maison des enfants. Matias reprend alors son habillage tout en poursuivant quelques discussions avec ses amis. Après une dizaine de minutes, il se trouve maintenant dans l’espace de travail, il installe son tapis et récupère un plateau dans le matériel sensoriel.

Ici j’observe que chaque enfant est à son rythme. Pour certains, le travail commence dès leur arrivée dans la maison des enfants. Pour d’autres, la mise au travail, comme le nomme Maria Montessori, commence plus tard, soit après des échanges avec des amis soit après une petite collation. Les enfants touchent et manipulent toutes les activités dans la classe, il n’y a pas de « c’est interdit de toucher » ou « ce n’est pas pour les enfants ». « La main est l’instrument de l’intelligence » comme le dit Maria Montessori.

Durant la matinée une attention particulière est mise en œuvre par les éducatrices pour assurer un espace de concentration pour l’ensemble des enfants. Elles s’adressent à eux à voix basse et se déplacent en douceur dans la pièce, créant une ambiance propice au travail. Dans la classe, cela donne un modèle aux enfants, les aide à se lancer dans une activité et permet de respecter ceux qui sont déjà concentrés. Et une fois que les enfants sont dans ce travail, le calme s’installe dans la classe. C’est ce que Maria Montessori appelle la classe “normalisée”.

Les éducatrices se rendent disponibles pour les enfants afin d’accompagner certains dans leur choix d’activité en fonction de leurs envies et de leurs appétences. Lorsque cette activité est nouvelle pour l’enfant, une éducatrice prend le temps de la présenter. Elle s’assure de capter l’attention de l’enfant. Par la suite, elle l’invite à réaliser l’activité présentée et son attention bienveillante aide à soutenir l’enfant dans la découverte de cette nouvelle activité.

Dans la matinée, les enfants peuvent se servir en fruit de façon autonome, grâce à un système avec des étiquettes qui est mis en place. Ensuite, ils s’installent sur les espaces dédiés, tables et chaises à leur niveau. Après avoir dégusté cette collation, ils sont invités à ranger et nettoyer leur espace. Deux places sont disponibles pour prendre la collation et les enfants se libèrent la place au fil de la matinée.

Caroline vient d’arriver, il est presque 10h. Elle vient vers moi pour l’aider à accrocher sa combinaison. Je l’aide volontiers à le faire, du haut de ces 3 ans elle atteint tout juste le porte manteau. Ne connaissant pas encore tous les rituels je ne pense pas à l’inviter à mettre ses chaussures d’intérieur. Par la suite, Caroline croise Dounia qui l’interpelle à voix basse en lui disant : « Caroline, tu as oublié quelque chose à tes pieds ». Caroline retourne dans le vestiaire. Je l’observe décrocher sa combinaison et demander à Dounia de l’aide pour l’accrocher à nouveau. Pendant ce temps, elle met ses chaussures d’intérieur.

Cela me fait prendre conscience du petit rituel de Caroline pour pouvoir se lancer dans sa journée. Elle se dirige maintenant vers la salle d’activité, et retrouve Florine. Elle lui montre sa présence, puis s’aventure dans la pièce. Caroline s’arrête devant l’une des grandes fenêtres de la pièce, elle regarde la neige tombée. Nous sommes mi-novembre et la neige recouvre les trottoirs et jardins. Florine rejoint Caroline et l’invite à la suivre. Elles se rendent toutes les deux auprès de Margot qui avait demandé quelques minutes plutôt de découvrir une nouvelle activité. Caroline s’installe à côté de Florine et les filles observent avec attention les gestes de Florine.

Lucien vient de s’installer dans le rocking-chair dans l’espace « culture », il commence à se balancer. Il vient de poser un casque anti-bruit sur ses oreilles. Cependant Lucien ne s’en rend pas compte, le rocking-chair tape contre le mur amplifiant le bruit à chaque balancement. Dounia, qui se trouve proche de Lucien, essaye de rentrer en contact avec lui. Elle s’adapte à la situation étant donné qu’il n’entend pas et lui explique par des signes que sa chaise cogne contre le mur. Lucien réceptionne le message et décale sa chaise du mur.

Les relations entre les enfants sont très respectueuses, il n’y a pas de cri ou de dispute. Les enfants expriment les choses entre eux et parfois ils font appel à un adulte pour réguler certaines situations. Lorsque l’enfant ne respecte pas une des règles de vie, l’éducatrice sort du chuchotement et prend une voix normale pour exprimer que c’est interdit. Elle nomme à l’enfant ce qui n’est pas permis pour qu’il puisse adapter sa posture et garantir à tous un espace bienveillant et accueillant.

“Etablir la paix durablement est le travail de l’éducation. La politique ne peut qu’éviter la guerre.” Maria Montessori

 

2ème matinée à la maison des enfants

Il est 9h10, la journée commence doucement, les éducatrices Montessori se trouvent encore dehors avec le groupe d’enfant, pendant ce temps deux filles s’installent dans la salle d’activité, l’ambiance est calme, une troisième enfant vient d’arriver. Après avoir récupéré un plateau dans l’aire de vie pratique elles s’installent toutes à la même table. Ici, elles sont toutes plongées dans leur activité, l’heure est à la concentration. D’autres enfants arrivent dans la pièce et une enfant vient interrompre l’activité d’une autre. L’enfant interrompu exprime alors à l’autre qu’elle la dérange et qu’elle aimerait faire son activité tranquillement. La première enfant réceptionne son message et va trouver une autre activité dans la pièce.

Les enfants se régulent entre eux sans que la présence des éducatrices soit requise. Les enfants se sont appropriés cet espace de vie et cela traduit bien le nom de cet espace : « la maison des enfants ».

L’arrivée de plusieurs enfants génère un peu plus de bruit dans l’espace de travail Montessori. Une enfant dans son activité exprime un « ssschut » afin de préserver cette ambiance calme. Ce « ssschut » est aussi utilisé par les éducatrices pour amener les enfants à baisser leur niveau de voix, permettant ainsi de conserver un lieu propice à la concentration.

Caroline arrive ce matin également vers 10h mais ce matin, elle aurait préféré rester avec sa maman qui reste un petit moment dans l’entrée avec elle. La séparation est difficile, Caroline n’a pas envie et elle le fait entendre « je ne veux pas ». Marianne, l’éducatrice qui a entendu l’arrivée de Caroline vient auprès d’elle pour l’accompagner dans cette transition. Marianne la laisse se déshabiller et repart auprès des autres enfants. Quelques minutes passent, j’entends Caroline qui se met à pleurer. Florine vient la retrouver pour accueillir son émotion. Lorsqu’elle s’apaise, Florine retourne auprès des autres enfants dans l’espace de travail.

Caroline reste un long moment dans l’entrée, elle est calme, je l’entends se raconter des histoires, elle a gardé son manteau. Je l’observe à nouveau du coin de l’œil, je la vois allongée, le pouce dans la bouche. Elle semble poursuivre un peu sa nuit. Les éducatrices laissent le temps à Caroline de choisir le moment où elle souhaite rejoindre le groupe. Après une vingtaine de minutes je m’interroge, je me demande combien de temps Caroline va rester dans l’entrée. Et puis en l’observant, elle semble bien. Je me dis que respecter le rythme de l’enfant c’est également cela. C’est laisser l’enfant rejoindre les activités lorsqu’il a envie de le faire et ne pas intervenir trop tôt. Cela contribue aussi à cette ambiance calme et sereine qui se vit dans la maison des enfants.

Pendant ce temps, une dizaine d’enfants sont en train de travailler sur des activités Montessori, l’espace de vie pratique a du succès. Les plus grands (5-6 ans) se lancent dans les activités de langages et de mathématiques. Deux enfants sont à la collation en train de bavarder. D’autres se trouvent dans l’espace d’activité libre. Et certains se baladent entre les deux endroits, cherchant la prochaine activité dans laquelle ils vont se lancer.

Matias souhaite commencer une nouvelle activité, il va voir Marianne pour qu’elle puisse l’accompagner. Mais Marianne, à ce moment, est occupée avec un autre enfant. Elle demande à Matias de patienter qui ne dit rien et part visiter des amis dans la pièce. Il les observe dans leur activité. Après quelques minutes, Marianne revient vers Matias en lui disant qu’elle vient de finir avec l’autre enfant et qu’elle est prête pour lui montrer une nouvelle activité. Matias finit d’observer son ami et rejoint Marianne.

Il a choisi son activité et s’installe sur le tapis qu’il avait déroulé auparavant. Marianne s’installe sur sa droite et commence à lui présenter l’activité en accompagnant ses phrases de gestes. Au début, Matias n’est pas tout à fait présent, il est concentré sur une des pièces du plateau mais pas sur les gestes et explications de Marianne. Elle capte assez vite qu’il n’est pas présent et essaye de captiver son attention. Elle patiente pour avoir son attention afin de lui présenter l’activité. Après quelques minutes Matias est prêt, le voilà qui observe Marianne superposer les pièces en s’appuyant sur le modèle présenté. Il poursuit la construction avec Marianne à ses côtés.

La présence de l’adulte n’est pas nécessaire dans tous les lieux de vie, les enfants ont intégré les règles de vie au sein de la maison des enfants. Le bon sens qu’elles apportent est le signe du respect de celles-ci par les enfants.

Au cours de la matinée, les enfants auront tous fait une activité ou observé un ami en faire une sans le déranger. Durant cette même matinée, j’aurais également entendu chanter dans l’espace “libre”. Six enfants s’y sont réunis en cercle et ont chanté en cœur quelques chansons.

C’est le moment pour Caroline, elle se lève et commence à se débarrasser de ses vêtements, elle retrouve Florine dans l’espace de travail Montessori et souhaite se lancer dans une activité.

C’est bientôt l’heure du repas. Deux enfants aident Dounia à mettre la table. Elle installe les assiettes et eux complètent avec les couverts, verres et pichets d’eau. Chacun a sa place, ils ont des petites étiquettes où sont écrits leurs prénoms. Avant de manger, ils chantent tous ensemble une petite chanson pour remercier la nature d’offrir ce bon repas. A la fin de celui-ci, chaque enfant est responsable de ses affaires : il les débarrasse et jette au compost ce qu’il n’a pas terminé. Ici les enfants apprennent à recycler. Ainsi les déchets verts sont mis dans une poubelle à leur disposition au moment de la collation puis à celui du repas.

L’après-midi, les activités sont différentes. Les plus jeunes et ceux qui en ont le besoin vont faire la sieste dans l’espace “libre” et les plus grands se trouvent à ce moment dans l’espace de travail Montessori. Les enfants choisissent des activités de type puzzle ou dessin qui sont des activités complémentaires présentes dans la salle. Les plateaux Montessori sont moins utilisés.

Avant de les quitter, les enfants jouent ensemble, ils forment des petits groupes se racontent des histoires et s’amusent dans des jeux de rôles. Je repars de ce lieu emprunt de cette atmosphère où les enfants y circulent avec aisance et liberté.


Retrouvez les autres articles du reportage “La plume et l’enfant” sur ce blog :


Pour en savoir plus sur la garderie prématernelle La plume et l’enfant, à Montréal : https://www.laplumeetlenfant.com/

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *